Arts divinatoires : STOP aux escroqueries ! « L’action de groupe » enfin possible !

class-actioPour mettre fin aux arnaques et aux escroqueries à la voyance.

Depuis 1987, l’INAD (inad.info) intervient régulièrement en qualité de médiateur amiable auprès des cabinets et des professionnels de la voyance pour le compte de leurs clients mécontents, mais aussi dans l’intérêt de la profession et des praticiens honnêtes et responsables.

 Cependant, compte tenu de la multiplication des escroqueries et des arnaques organisées et généralisées dont sont victimes des milliers de personnes, en grande majorité des personnes en manque de repères qui méconnaissent leurs droits et la portée de leur engagement, pour préserver la profession infiltrée par des individus sans foi ni loi, l’INAD a mandaté le cabinet d’avocats PANON – FAIRBAIRN (www.fppf-avocats.fr) afin de mettre en place une sorte de « class action » pénale, en fédérant les plaignants pour déposer des plaintes groupées.

 Il n’est en effet plus possible de laisser 2,5 à 3 millions de consommateurs, qui consultent chaque année un praticien des arts divinatoires, évoluer dans le monde de la voyance sans garde-fous, et pour certains se jeter dans les bras de perturbés ou d’illuminés aux pratiques sectaires, d’affairistes et de manipulateurs professionnels qui les entraînent dans une spirale d’échecs, les dépouillant de leurs économies et de leur volonté.

 L’intérêt pour la victime qu’il y a à intégrer une plainte de groupe est triple :

  • en portant plainte avec des dizaines voire des centaines d’autres personnes qui dénoncent les mêmes pratiques, son dossier est beaucoup plus fort, et le risque de classement sans suite est considérablement réduit ;
  • la quantité de plaignants crée un certain anonymat qui peut s’avérer rassurant pour les personnes qui, pour telle ou telle raison, n’osent pas, ou même ont honte de porter plainte ;
  • financièrement, cela permet à des gens qui ne pourraient assumer des frais d’avocat tout seuls, ou à ceux pour lesquels le montant escroqué ne justifie pas de dépenser encore au moins 2.000 ou 3.000 euros en honoraires d’avocat, de rentrer dans la procédure pour une somme minime.

L’idée de cette action judiciaire d’ampleur nationale est de faire apparaître au grand jour un état des lieux des infractions en tous genres que génère la voyance, et de faire comprendre aux pouvoirs publics que cela devient un réel problème de société.

En commençant par faire condamner en masse puis écarter les exploiteurs de la détresse humaine et autres charlatans qui enfreignent quotidiennement la loi, l’INAD entend évidemment également responsabiliser les professionnels des activités divinatoires, en attendant que l’Etat, qui jusque là n’a pas bougé d’un iota, décide de réglementer un tant soit peu cette profession pour ne plus la laisser livrée à elle-même et aux mains de lobbies qui se pensent intouchables.

 Il va sans dire que l’INAD n’est animé par aucune malveillance à l’encontre de qui que ce soit, ne vise aucun cabinet ou plateforme en particulier mais tout cabinet, toute plateforme responsable d’abus ou d’escroquerie sous le couvert de la voyance illusoire, discréditant ainsi la pratique et les bienveillants de cette profession et portant atteinte aux praticiens rigoureux.

 L’INAD se constituera ainsi systématiquement partie civile dans chaque procédure, même dirigée contre l’un de ses membres, étant précisé que dans ce dernier cas, si le praticien est condamné, une procédure d’exclusion sera engagée.

 C’est pourquoi, si vous considérez être ou avoir été victime d’un cabinet de voyance, d’une plateforme, d’un praticien indélicat(e), l’INAD vous invite à remplir en ligne le questionnaire ci-dessous, qui sera adressé au cabinet d’avocats PANON – FAIRBAIRN.

Le fait de répondre à ce questionnaire qui, conformément à la législation en vigueur, a fait l’objet d’une déclaration à la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL)(n° 1849711), ne vous engage ni financièrement, ni à intenter une action, ni à quoi que ce soit d’autre.

Les réponses que vous y fournirez, auxquelles sont attachés un droit d’accès et de rectification, sont strictement confidentielles et couvertes par le secret professionnel des avocats. Aucune information vous concernant ne saurait être divulguée sans votre accord exprès ni évidemment servir à constituer un quelconque fichier commercial.


www.actionvoyance.fr/questionnaire


Vous pouvez aussi contacter directement ledit cabinet d’avocats selon les modalités et les horaires suivants, spécifiquement mis en place pour cette action :

  • permanence téléphonique au 01 82 28 19 19 : tous les lundis, mercredis et vendredis de 9h à 12h ;
  • permanence rendez-vous dans les bureaux de Toulon situés au 18 avenue du Maréchal Foch : tous les mardis de 9h à midi ;
  • permanence rendez-vous dans les bureaux de Paris, situés au 63 avenue Franklin Roosevelt, 8ème arrondissement : tous les jeudis de 11h à 14h.

Lorsque les informations que vous aurez fournies auront été étudiées par les avocats, ils vous indiqueront s’ils considèrent ou non que vous remplissez les conditions pour intégrer une plainte groupée.

Si tel est le cas, il vous sera demandé de verser un honoraire fixe oscillant entre 150 et 300 euros hors taxes (soit 180 à 360 euros toutes taxes comprises), et déterminé en fonction du montant du préjudice financier que vous avez évalué et du travail à fournir pour votre dossier en particulier.

Vous signerez également une convention d’honoraires régissant les rapports entre vous et le cabinet d’avocats et prévoyant un honoraire complémentaire de résultat de 10% hors taxes, dû uniquement en cas de succès et calculé sur les dommages et intérêts que vous toucheriez alors à l’issue de la procédure.

A réception de ce règlement et de cette convention signée, vous intégrerez la plainte dirigée contre le cabinet de voyance, la plateforme, le praticien indélicat(e) dont vous dénoncez les pratiques.

Après le temps nécessaire au « rassemblement » des plaignants et à la rédaction de la plainte, cette dernière sera déposée entre les mains du Procureur de la République compétent, étant précisé qu’il sera néanmoins toujours possible pour de nouveaux plaignants de se manifester postérieurement pour l’intégrer.

N’hésitez plus, dénoncez la voyance malhonnête, rejoignez une plainte groupée !